Le guide de votre bien-être à domicile

Hydrothérapie

Actualités

La tendance du lavement : est-ce vraiment sans risque ?

Inchangée dans son principe, l'hydrothérapie ou irrigation du côlon consiste à introduire de l'eau ou tout autre liquide par l'anus dans le rectum, puis dans la première partie du côlon, pour nettoyer le gros intestin. L'eau est délicatement injectée à l'aide d'un tuyau relié à une poche (lavement mécanique) ou à un appareil conçu pour maîtriser le débit, la température et la quantité d'eau (hydrothérapie). Maintenu à l'intérieur de l'intestin, le liquide déloge ce qui s'y trouve (selles, mucus, cellules mortes...) avant que l'eau ne ressorte, entraînant les déchets avec elle.
Pour Marie-Françoise Dippe-Gross, infirmière et formatrice à l'irrigation du côlon qui pratique la technique depuis 25 ans en France, cette technique est avant tout une mesure d'hygiène. «Le colon est comme n'importe quelle peau: quand elle est sale, on la lave. L'hydrothérapie permet donc d'enlever le mucus, les cellules mortes. Certaines personnes le pratiquent par mesure d'hygiène, d'autres, souffrant de troubles fonctionnels (ballonnements, acidité ou spasmes) et jamais lésionnels (une contre-indication majeure) voient leurs symptômes soulagés», résume l'infirmière qui reconnaît que la pratique, controversée en France, souffre de l'image qu'en donne certains praticiens qui détournent son usage en y associant des bienfaits fantaisistes.
Certains des adeptes de l'hydrothérapie du côlon s'appuient sur la thèse de l'auto-intoxication. D'après cette théorie, le corps pourrait s'empoisonner lui-même en réabsorbant les toxines accumulées dans le gros intestin. L'hydrothérapie permettrait donc de détoxiner le système digestif. «Une théorie qui ne repose sur aucun élément objectif», estime le Pr Jean-Christophe Saurin, gastroentérologue au CHU de Lyon, qui se veut néanmoins rassurant. «Si leur intérêt thérapeutique ou hygiénique est discutable, les lavements par voie haute ou l'irrigation du côlon ne sont pas très dangereux, à condition qu'ils soient effectués avec un liquide adapté! Il faut veiller à ce que sa composition soit neutre d'un point de vue osmotique (équilibré en ions). Dans le cas contraire, l'eau du corps risque de converger vers les intestins afin de maintenir l'équilibre osmotique, ce qui peut provoquer une déshydratation potentiellement grave chez une personne fragile, âgée ou ayant des problèmes cardiaques».
Enfin le Dr Jérôme Loriau, chirurgien digestif, rappelle que l'irrigation colique est utilisée à des fins médicales dans certains cas de constipation majeure ou d'incontinence anale chronique ; cette pratique n'a rien d'anodin et doit être pratiquée par des personnes formées et chevronnée, car les cas d'occlusion existent.

Une cure thermale pour ne diminuer la dépendance aux anxiolytiques

Une étude multicentrique (sur 4 centres), nommée SPECth, a montré que la cure thermale permettait le sevrage de personnes anxieuses et/ou dépressives, en surconsommation chronique de benzodiazépines, des médicaments anxiolytiques. Lors des Thermalies, le salon de l'eau et du bien-être qui s'est tenu à Paris du 19 au 22 janvier 2017, le Pr Olivier Dubois, médecin psychiatre et directeur des termes de Saujon, a présenté à Sciences et Avenir les résultats, publiés dans Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine fin 2016.
Les 70 patients inclus dans l'étude - principalement des femmes (78,5 %) âgées en moyenne de 55 ans - souffraient d'un état anxieux et/ou d'une dépression (diagnostiqué par leur médecin traitant), étaient en surconsommation chronique de benzodiazépines et avaient déjà échoué dans leur tentative d'arrêter les médicaments. 80 % d'entre eux consommaient des anxiolytiques depuis plus de 3 ans alors que la consommation recommandée est de 8 à 12 semaines au maximum selon la Haute autorité de santé.
De quoi ont bénéficié exactement les malades durant leurs trois semaines de cure ? "Parallèlement à des soins d'hydrothérapie, les patients ont suivi une thérapie cognitivo-comportementale avec des ateliers psychoéducatifs destinés à les sensibiliser et les accompagner sur la problématique du sevrage, de l'anxiété et les conséquences de l'utilisation chronique de ces médicaments", explique le Pr Olivier Dubois. Via un autoquestionnaire, les médecins ont récupéré les données sur l'arrêt des médicaments 3 et 6 mois après la fin des soins. Plus de 40 % des participants ont arrêté totalement, les autres ont réduit, pour la plupart, d'au moins 50 % leur consommation. La consommation totale en benzodiazépines a globalement baissé de 75 % six mois après la fin de la cure. "En outre, les symptômes ont diminué et les patients sont devenus significativement moins anxieux et moins dépressifs", ajoute le psychiatre.
Y a-t-il des indicateurs qui permettraient de prédire l'efficacité de la cure sur certains patients ? Pas vraiment. Mais selon le médecin coordinateur de l'étude, ce sont plutôt les jeunes en activité qui ont interrompu leur traitement aux benzodiazépines. "Les personnes qui ont arrêté avaient globalement plus de symptômes au départ. En revanche, après l'arrêt, ils avaient moins de symptômes que ceux qui continuaient à consommer des benzodiazépines", note-t-il. La question des rechutes, quant à elle, n'a pas encore été évaluée. Impossible non plus de savoir si le succès est davantage liée aux bénéfices de l'eau thermale qu'à ceux des ateliers psycho-éducatifs... mais le Pr Olivier Dubois n'en a cure : "Ce qui est important, c'est de constater l'efficacité de cet ensemble de soins qui sont difficiles à décorréler". Il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'une option intéressante, lorsque l'on sait que notre pays souffre d'une consommation trop élevée de ces médicaments comportant pourtant de nombreux risques, notamment de démence.
La cure thermale doit obligatoirement être prescrite par un médecin et, pour être remboursée par l'Assurance Maladie, elle doit être motivée par une affection ou une pathologie qui figure sur la liste des orientations thérapeutiques prises en charge.

Hydrothérapie du colon : est-ce vraiment nécessaire ?

L'hydrothérapie du côlon est le lavement d'antan… en moins agressif. La libération des déchets intestinaux accumulés dans la lumière colique et sur la muqueuse colique est supposée provoquer une sensation de bien-être. Certains la conseillent vivement, d'autres la décrivent comme un procédé charlatanesque. L'hydrothérapie du colon est-elle réellement utile ?
Comme son nom l'indique, l'hydrothérapie est une instillation d'eau dans le côlon. Elle n'est pas douloureuse, dure environ une heure et est pratiquée par un hygiéniste. Un appareil dédié à cet usage régule la pression et la température de l'eau. L'instillation se fait à l'aide d'un tuyau inséré dans le rectum. Des cycles de remplissage/aspiration se succèdent et des massages du ventre sont souvent prodigués en même temps. On ajoute parfois au flux d'eau des probiotiques (flore bactérienne) ou des plantes. Certains adeptes de l'hydrothérapie du côlon parlent de décrassage de l'intestin. Il s'agit de le pratiquer une à deux fois par an.
La théorie de "l'auto-intoxication", fortement controversée au sein de la communauté scientifique, accorde de nombreux bénéfices à l'hydrothérapie. Il s'agirait de drainer toutes les toxines du côlon et ainsi de lutter contre les diarrhées, les diverticules coliques, les addictions, les allergies, les maux de tête, les maladies de peau, les inflammations et même les douleurs menstruelles et les maladies cardio-vasculaires. Cependant, aucune étude scientifique sérieuse n'existe pour démontrer les effets bénéfiques de l'hydrothérapie du côlon sur aucune de ces pathologies !
Si les bénéfices de l'hydrothérapie du côlon ne sont pas démontrés, des risques réels existent. Utilisée à forte dose, cette pratique engendre une dilution de la flore bactérienne colique. Cette flore, essentielle à la digestion, vit en symbiose au contact de notre muqueuse intestinale. Paradoxalement, il semblerait que l'hydrothérapie aille à l'encontre de la théorie de "l'auto-intoxication" sur laquelle elle repose. Diluer les matières fécales aurait pour conséquence une absorption importante de toxines par la muqueuse du côlon ! Au travers des appareils, des risques de contamination existent avec la formation d'abcès, ou de perforations du côlon.
Les sujets cardiaques, ayant subi une intervention chirurgicale au niveau de l'abdomen, atteints par la rectocolite hémorragique ou la maladie de Crohn, atteints de tumeurs intestinales ou rectales, ainsi que ceux souffrant de diverticules, sont à risques. L'hydrothérapie du côlon leur est donc formellement contre-indiquée. Par ailleurs, les hémorroïdes ou les fissures anales doivent être soignées pour pratiquer l'hydrothérapie du côlon. L'introduction du tuyau peut sinon être douloureuse voire traumatisante.

L’hydrothérapie pour aider un petit éléphant à remarcher

Un bébé éléphant a pris un bain un peu particulier dans une piscine de Pattaya en Thaïlande, pour aider son pied blessé à guérir.
Victime d'un piège, ce petit éléphanteau de cinq mois se remet doucement grâce à l'hydrothérapie. Elle a été retrouvée blessée après s'être pris le pied dans un piège. Elle a dû être amputée d'une partie de la patte, on lui a retiré 12 centimètres du pied gauche.
Orpheline, elle était en très mauvais état quand les employés du zoo l'ont recueillie. Elle a été séparée très jeune de sa mère et manquait de lait.
Avec ses soigneurs, elle réapprend à marcher dans l'eau, elle nage dans une piscine pour muscler suffisamment sa patte et être capable de marcher à nouveau. Une première dans ce pays qui considère ses éléphants comme une fierté nationale.
Au zoo, les soigneurs l'ont appelé Fah Jam ce qui signifie "ciel clair" pour lui porter chance.

De bons réflexes à adopter sous la douche pour un meilleur bien-être

Pour vous redonner une bonne dose d’énergie tous les matins après une courte nuit ou tout simplement pour avoir la pêche durant la journée, il vous suffit de 90 secondes bien dépensées. Le secret c’est de s’accorder 90 secondes sous la douche pour rebooster le corps entier. Il n’y a rien à changer à votre routine de douche habituelle que ce soit l’eau chaude, le shampooing, le bain de douche ou autre. Toutefois, avant de sortir, optez pour une petite rituelle hydrothérapie à faire en 3 étapes :

1-Pendant 30 secondes, laissez couler de l’eau froide sur tous le corps. Il en faut du courage pour cela surtout en hiver mais c’est vraiment les 30 secondes nécessaires pour bien réveiller les muscles.

2-Passez de l’eau froide à l’eau chaude. Après le passage de 30 secondes sous l’eau froide, tournez le robinet d’eau chaude et restez sous l’eau la plus chaude pendant 30 secondes. Cela permet d’ouvrir les capillaires sanguins et d’améliorer la circulation sanguine.

3-Enfin remettez le robinet avec l’eau froide et passez encore 30 secondes sous l’eau froide.

Cette rituelle va booster votre énergie et vous permettre d’avoir toujours bonne mine tous les matins. Une bonne habitude qui a un effet sur le stress et le système immunitaire car elle aide l’organisme à brûler les graisses et apaiser les moments de dépression.

Budget et besoin : Quel type de jacuzzi vous convient ?

Il est possible de profiter des bienfaits d’un spa tous les jours à condition d’avoir un bon jacuzzi chez soi. A la fois thérapeutique et relaxant, le jacuzzi se décline en plusieurs modèles selon les budgets. Le choix du jacuzzi dépend de son emplacement que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison, de l’espace dont vous disposez et de vos besoins et budget.

Parmi les modèles de jacuzzi pas chers, il y a le bain à remous qui produit des pressions incorporées dans la baignoire grâce aux jets du jacuzzi qui forcent l’air et l’eau pour un effet massant et stimulant en profondeur. Si vous avez assez d’espace, optez pour une baignoire avec des puits de bains spacieux et plusieurs jets en fonction pour optimiser l’expérience jacuzzi. Le jacuzzi hydromasseur offre plus de sensation car il assure les prestations d’une séance d’hydrothérapie avec un système de circulation d’air qui souffle l’air par l’intermédiaire de l’eau pour créer des courants apaisants moins intenses que les jets de massages. Il existe également le jacuzzi à radiateur d’eau qui fonctionne avec un système de chauffage produisant des explosions d’eau chauffée et d’air chaud qui assure un massage circulaire pour un effet relaxant. Il y a aussi le jacuzzi à vapeur qui est un peu similaire d’un jacuzzi ordinaire mais en supplément il dispose d’un jet caressant d’eau fumante alterné par une tête de douche de vapeur attachée. Et si vous avez un petit espace, il y a le jacuzzi douche, qui dispose aussi de système de jets mais sans la baignoire.

Maux d’hiver : l’eau comme seul recours

Les vertus de l’eau sont nombreuses. Chaude, froide ou tiède, l’eau est un excellent traitement pour certains maux d’hiver. 100% naturel et agréable, l’eau s’utilise de plusieurs manières et c’est ce qui fait le succès des thalassothérapies et des balnéothérapies. Elle est aussi exploitée en cryothérapie et thermothérapie. Froide, elle a des vertus stimulantes en contractant les vaisseaux sanguins, et en neutralisant l’inflammation. Chaude, l’eau est relaxante car elle dilate les vaisseaux sanguins pour améliorer la circulation sanguine, soulage les raideurs et réduit la tension.

-L’inhalation de vapeur d’eau pour le rhume : versez de l’eau chaude dans un grand bol puis placez la tête couverte d’une serviette dessus. Respirez la vapeur d’eau pendant 10 à 15 mn pour une fréquence de 2 à 3 fois par jour

-Les gargarismes d’eau salée pour le mal de gorge : mettez 1 ou 1 et demi de cuillère à soupe de sel dans un litre d’eau. Faites bouillir le mélange et laissez refroidir avant de se gargariser avec autant de fois que possible par jour

-Une compresse d’eau chaude pour la bronchite : posez une serviette chaude ou une compresse chaude et humide sur la poitrine directement pendant 15 mn

-Le sérum physiologique maison pour le nez bouché : mettez 9 g de gros sel marin dans un litre d’eau. Faites bouillir pendant 10mn et laissez refroidir après. Utilisez une poire comme récipient ou un gros compte-gouttes ou une seringue. Versez le liquide dans la narine droite et faites ressortir par la narine gauche en soufflant fortement et en bouchant l’autre avec un doigt.

-De la glace pour les petits bobos : mettez des glaçons dans un gant de toilette ou dans un sac de congélation puis enveloppez dans un linge propre et placez sur la zone douloureuse pendant 15 à 20 mn.

Bienfaits de l’eau : le secret de la Mer morte

La Mer morte est mise en bouteille par de nombreux institutions de beauté pour par les sociétés spécialisées dans les produits cosmétiques. Depuis l’antiquité, la boue et les minéraux de la Mer morte contribuaient à assurer la beauté et le bien-être. De nombreuses personnes de la terre biblique font le déplacement pour pouvoir profiter des vertus incroyables de la Mer morte. En effet, un litre d’eau de la Mer morte contiendrait 30% de sel et de minéraux. Il présente un taux de magnésium 15 fois plus élevés que les teneurs observées dans les autres mers et océans dans le monde entier. En tout, la Mer morte présente l’eau la plus ionisée du monde.

La Mer morte contient de l’iode, du potassium, du brome, du sodium, du chlore, du sulfate, de magnésium, du calcium et du sélénium. Toutes ces substances nutritives ont des effets positifs sur la peau car elles aident à renouveler les cellules, à nourrir l’épiderme et à apporter de l’élasticité et de la douceur à la peau. Il existe de nombreux produits à base d’eau de la Mer morte. Certaines institutions ce sont même spécialisées pour cela et diverses marques de produits cosmétiques ont vu le jour et sont utilisés dans le nettoyage en profondeur du visage et le rajeunissement, la purification de la peau et dans le traitement des acnés, du psoriasis et de l’eczéma. Il existe aussi des déodorants conçus à partir de l’eau de la Mer morte. Dans certains centres thermaux ou balnéothérapie, il y a aussi des cures spécifiques avec l’eau de la Mer morte. Il faut dire que la Mer morte contribue au bien-être et apporte des solutions efficaces pour traiter les problèmes de peau.

Les avantages du thermalisme

Chaque année, les centres thermales de France accueillent 527 000 curistes dont 10 000 viennent pour lutter contre l’anxiété. D’après Stop-tag, une recherche réalisée en 2006 par l’Inserm et le docteur Olivier Dubois, psychiatre aux thermes de Saujon (Charente-Maritime), une cure de 21 est efficace pour en venir à bout des troubles anxieux généralisés. Chez 83% des participants, le traitement thermal a largement dépassé les effets de l’antidépresseur.

En outre, une dernière recherche nommée Specth a permis de confirmer que la cure thermale diminue la dépendance aux psychotropes qui affecte 6 millions de personnes par ans. En complément aux soins de balnéothérapie, aux suivis médicaux et psychothérapeutiques, aux ateliers psycho-éducatifs spécifiques au sevrage de psychotropes, les participants à la recherche ont eu accès à l’hydrothérapie thermale, une méthode à effet anxiolytique et sédatif. D’après le docteur Dubois, cette hydrothérapie cible directement le système endocrinien, plus précisément le système corticosurrénalien responsable des réactions de stress. Outre l’anxiété, les cures sont également bénéfiques contre les troubles caractéristiques des maladies neurologiques et certains thermes proposent des programmes pour les patients souffrant de sclérose en plaques ou de maladie de Parkinson.

Contre la douleur

60 à 70% des soins recherchés par les curistes visent à lutter contre les douleurs ostéo-articulaires. Ainsi, les stations proposent actuellement des protocoles de soin contre les douleurs de l’arthrose, les tendinites, les lombalgies et diverses autres branches de la rhumatologie.

Lutter contre l’obésité et le surpoids

Le thermalisme a toujours été conseillé aux personnes soufrant de surpoids ou d’obésité. De nos jours, ces soins se spécifient pour proposer des programmes personnalisés basés sur le plaisir.

Avoir une belle peau

Les eaux thermales sont efficaces contre les affections cutanées de type eczéma, psoriasis, démangeaisons, cicatrices, rougeurs, séquelles de brûlures ou opérations chirurgicales, lésions provoquées par les traitements par radiothérapie ou les protocoles anticancéreux.

Se détendre

Enfin, l’eau de source aide à se détendre tandis que les soins préventifs à base d’eau de mer aident à lutter contre la fatigue et le surmenage.

Un institut d’hydrothérapie pour chiens dans le Nord-Pas-de-Calais !

Non vous ne rêvez pas, un centre d’hydrothérapie pour chiens et chats vient d’ouvrir ses portes à Hérin, une commune de la région Nord-Pas-de-Calais ! Le concept peut paraître insolite, mais il est bel et bien destiné à améliorer le bien-être de nos animaux de compagnie.

Le projet a été mis au point par Véronique Jaumotte, qui a mis 6 années pour se former et trouver les financements nécessaires à l’ouverture du centre. Elle a aujourd’hui un premier patient : un chien qui retrouve la motricité de ses pattes !

Le chien pédale dans l’eau, comme le ferait un être humain dans une séance d’hydrothérapie. Missy, un bouledogue français de 3 ans, n’arrivait pratiquement plus à se déplacer suite à une opération pour une hernie discale. Les pattes arrière ont perdu leur motricité, et grâce aux séances d’hydrothérapie dans l’institut de Véronique Jaumotte, le chien est sur la voie de la guérison. Cela vaut bien les 50 euros dépensés par ses maîtres à chaque séance !

Comme pour les hommes, le chien pratique des exercices dans une piscine aménagée pour se remuscler en douceur. Les bienfaits thérapeutiques de l’eau ne sont plus à démontrer, il aura fallu plusieurs années avant que les chiens et chats en bénéficient. Pourtant le concept d’hydrothérapie pour animaux existe depuis plusieurs années Outre-Atlantique : « Cela existe depuis une vingtaine d'années aux États-Unis et en Angleterre, explique l'Hérinoise. La Belgique est plus avancée aussi que nous ». Véronique Jaumotte s’est d’ailleurs formée en Belgique auprès d’un hydrothérapeute spécialisé et, en étroite collaboration avec les vétérinaires, elle n’intervient qu’après leurs examens et diagnostics.

L’hydrothérapie pour chiens et chats est préconisée dans le traitement des problèmes d’arthrose, de croissance, de surcharge pondérale et de musculation... exactement comme chez les hommes, en fait. Une nouvelle tendance qui peut s’étendre à l’ensemble de la France ? Pour le plus grand bonheur des chiens et leurs maître, c’est certain.